Exposition: Les secrets de Beauté à l’époque Edo

Du 07 octobre 2020 au 06 février 2021, la Maison de la culture du Japon à Paris présente « Secrets de beauté. Maquillage et coiffures de l’époque Edo dans les estampes japonaises », une exposition inédite réunissant près de 150 estampes* et 60 objets permettant de mieux connaître la pratique du maquillage, de la coiffure et les canons de la beauté à l’époque Edo (1603 – 1868).

 

Cette exposition est organisée en collaboration avec le POLA Research Institute of Beauty & Culture, institut japonais qui, depuis plus de quarante ans, effectue des recherches et collectionne des estampes sur l’art du maquillage au Japon et en Occident, de l’Antiquité à nos jours. Le riche parcours présenté à la MCJP invite les visiteurs à porter un nouveau regard sur les estampes japonaises, à en comprendre les détails par le prisme d’une thématique aussi originale que féminine : les secrets de beauté. Portraits de belles femmes (bijin-ga) aux maquillages et coiffures d’une grande diversité, scènes de femmes à leur toilette, ou encore représentations fidèles d’ustensiles de maquillage… toutes ces estampes sont minutieusement décryptées et témoignent de l’importance sociale du maquillage dans le Japon d’Edo. De nombreux pinceaux, poudriers, miroirs, peignes et autres épingles à cheveux – réellement utilisés à l’époque Edo – seront également exposés aux côtés de perruques miniatures aux formes complexes.

 

Boîte à peignes de voyage en laque à décor de Tatsutagawa, seconde moitié de l’époque Edo
© POLA Research Institute of Beauty and Culture

 

L’exposition de la MCJP est une véritable plongée dans l’intimité et les rituels de beauté des femmes de l’époque Edo et permet de découvrir – à travers 4 chapitres thématiques – des pratiques et des traditions qui ont parfois encore un écho dans la société japonaise actuelle.

 

Palette à rouge hexagonale en argent ornée d’un papillon, pinceau, brosse, fin de l’époque Edo-ère Meiji
© POLA Research Institute of Beauty and Culture

 

Scènes de maquillage : blanc – noir- rouge
À l’époque Edo, les femmes utilisaient essentiellement trois couleurs pour se maquiller : le blanc, le noir et le rouge. Avoir une peau d’une blancheur immaculée étant le critère de beauté principal des élégantes, le visage était toujours enduit d’un fard blanc. Une fois mariée, la femme se noircissait les dents. Elle se rasait les sourcils à la naissance de son premier enfant. Dans les rangs les plus élevés de la noblesse de cour et de l’aristocratie guerrière, passé un certain âge, les femmes se rasaient les sourcils et en redessinaient la ligne en haut du front. Particulièrement onéreux, le rouge se posait avec parcimonie sur les lèvres et les joues.

 

Poudre blanche Bien Senjokô, Keisai Eisen, 1815-42
© POLA Research Institute of Beauty and Culture

 

Les coiffures japonaises et leurs ornements
Dans la deuxième section de l’exposition, les visiteurs sont invités à découvrir l’art sophistiqué de la coiffure qui a connu son apogée au Japon à l’époque Edo. Les styles de chignons, au nombre de quatre au début, se sont rapidement diversifiés, au point qu’on en aurait compté jusqu’à plusieurs centaines ! Tout comme le maquillage, ils sont des indicateurs d’âge, de classe sociale, de rang, de statut matrimonial, de région géographique ou encore de profession.

 

Perruque à chignon de style Shimada à coques en lanternes, époque contemporaine
© POLA Research Institute of Beauty and Culture

 

Classe sociale et habits
La section suivante revient sur les règles strictes en matière de maquillage, de coiffure et d’habillement dans une société divisée en classes. Elle permet au visiteur d’apprendre à distinguer une femme mariée d’une jeune fille, une noble d’une bourgeoise ou d’une courtisane de haut rang.

 

Cent beautés de sites célèbres d’Edo : Kasumigaseki, Utagawa Toyokuni III, 1857
© POLA Research Institute of Beauty and Culture

 

Belles de l’époque Edo
Les séries d’estampes réunies dans la dernière section – Cent beautés de sites célèbres d’Edo, Palais intérieur à Chiyoda et Trente-deux types de beauté d’aujourd’hui – représentent la femme japonaise de l’époque Edo dans son incroyable diversité : femmes du petit peuple, courtisanes, servantes de palais ou encore filles de seigneurs incarnent un style de beauté différent. Les maîtres de l’estampe qui ont signé les oeuvres de ces trois séries font pénétrer le spectateur dans de multiples scènes de la vie quotidienne et subliment par leur talent la beauté et l’élégance de ces femmes.

 

Palais intérieur à Chiyoda – L’habillage, Yôshû Chikanobu, 1894-96
© POLA Research Institute of Beauty and Culture

 

SECRETS DE BEAUTÉ
Maquillage et coiffures de l’époque Edo dans les estampes japonaises
Du 07 octobre 2020 au 06 février 2021
Maison de la culture du Japon à Paris
101 bis, quai Branly – 75015 Paris
www.mcjp.fr

Click on the background to close