Routine Nutrition en 4 étapes pour avoir une belle peau

Les problèmes de peau les plus courants vont de la peau occasionnellement sèche ou grasse à l’eczéma, la dermatite, l’acné et le psoriasis, qui sont plus graves. Bien que les symptômes et les facteurs contribuant à chacune de ces affections cutanées soient très différents, ils peuvent tous être favorisés par une stratégie nutritionnelle clé qui offre un soutien sous-jacent au fonctionnement de la peau et au renouvellement des cellules cutanées. Susie Debice, scientifique de l’alimentation et thérapeute nutritionnelle, suggère que nourrir la peau de l’intérieur, en suivant un plan de nutrition en quatre étapes, peut aider à obtenir des résultats durables.

 

Étape 1 : On stoppe la malbouffe

Avant de présenter des conseils avisés sur la nutrition de la peau, examinons d’abord quelques facteurs liés à l’alimentation et au mode de vie qui pourraient contribuer aux éruptions cutanées. Il s’agit là des principaux coupables qui ont un effet acide sur les cellules et les tissus de l’organisme, et auxquels on doit prêter attention. Une réduction de la consommation de café, d’alcool, de sucre, de glucides raffinés et d’aliments transformés peut avoir un impact positif sur le teint. Si l’on a brûlé la chandelle par les deux bouts et que l’on se concentre sur l’hydratation quotidienne en buvant beaucoup d’eau dans la journée on aura plus de chances de dire adieu aux cernes ou aux poches sous les yeux et de retrouver une peau naturellement éclatante.

Étape 2 : On prend soin de sa santé intestinale

Il n’est pas rare que les problèmes de peau reflètent un déséquilibre intestinal. C’est pourquoi certaines affections cutanées ont tendance à bien réagir aux régimes qui écartent les aliments susceptibles de déclencher des allergies ou des intolérances alimentaires courantes, tels que les produits laitiers, le gluten, le blé, le soja et même les tomates ou les fraises. Ces réactions immunitaires intestinales aux aliments peuvent impliquer un niveau d’inflammation qui endommage la délicate muqueuse intestinale, ce qui entraîne un état connu sous le nom de «syndrome de l’intestin perméable», qui a été associé à l’acné rosacée et même à l’eczéma. 

La paroi intestinale abrite environ 70 % des cellules immunitaires de l’organisme et est influencée et nourrie par le microbiote intestinal humain, qui joue un rôle important dans le fonctionnement normal de l’intestin et la régularité intestinale. Réduire le stress, s’hydrater et manger beaucoup de fibres solubles provenant de fruits mous (pruneaux, poires, prunes, pommes), de légumes et de céréales complètes comme le quinoa, l’avoine et les légumineuses, contribue à stimuler le fonctionnement intestinal et à équilibrer le microbiote intestinal humain. Pour aider à mieux gérer les éruptions cutanées, il est également judicieux de fournir un soutien digestif supplémentaire sous forme de complément de microbiotes.  

Étape 3 : On veille à son équilibre lipidique

Nous entendons souvent parler du rôle des graisses saturées et de leur contribution aux maladies cardiovasculaires, à la gestion du poids et à l’obésité, mais les types de graisses présents dans l’alimentation peuvent également avoir une incidence sur les affections inflammatoires de la peau tels que l’eczéma, le psoriasis et l’acné. Les graisses saturées sont facilement transformées par l’organisme en hormones inflammatoires appelées prostaglandines et leucotriènes, qui peuvent aggraver des éruptions cutanées. Il est temps de réduire la consommation de viande rouge et de produits laitiers (fromage, beurre, crème, glace et yaourt) qui contiennent tous des graisses saturées. Mais ne surtout pas oublier qu’il est important de ne pas se priver de matières grasses!

Il existe un groupe d’acides gras oméga essentiels qui sont importants pour la santé et le renouvellement de la peau. On retrouve ces omégas 3, que le corps peut transformer en prostaglandines anti-inflammatoires, dans les noix, les graines de chia, les poissons gras et l’huile de lin, ce qui aide à nourrir la peau de l’intérieur. Pour obtenir une portion quotidienne saine d’oméga 3, on remplace l’huile d’olive que l’on utilise souvent dans les sauces vinaigrettes par de l’huile de lin, la viande rouge par une portion de saumon ou de truite. On ajoute une grosse cuillerée de graines de chia aux céréales du petit-déjeuner et on grignote des noix plutôt que des biscuits.

Étape 4 : On se concentre sur les nutriments

La surface de l’épiderme est recouverte d’une couche protectrice constituée de cellules mortes, qui ne cessent de se détériorer et d’être remplacées par de nouvelles cellules, qui sont à leur tour produites dans la couche inférieure de l’épiderme. Ce processus de renouvellement cutané est stimulé par des nutriments tels que l’iode, le zinc, les vitamines A, B2 et B3, et la biotine.

Certains problèmes cutanés sont influencés par un déséquilibre hormonal sous-jacent (souvent de la testostérone), comme l’acné ou les boutons qui apparaissent pendant la puberté ou juste avant les règles, ou les imperfections cutanées qui se manifestent pendant la ménopause. Le zinc est un minéral important pour maintenir des taux normaux de testostérone et, donc, pour les problèmes de peau liés aux hormones. Parmi les aliments riches en zinc, on compte : les graines de courge, le poisson et la viande.

… Et la vitamine C

Le principal responsable des dommages cutanés est le stress oxydatif cellulaire qui est généralement généré par une exposition aux radicaux libres. La vitamine C aide à les neutraliser et à protéger les cellules contre les effets néfastes du stress oxydatif. Parmi les aliments riches en vitamine C on compte les baies rouges et violettes, le kiwi, les baies de goji, les agrumes, le persil et les légumes à feuilles vertes. Il est donc très important de les inclure dans son alimentation quotidienne pour protéger sa peau. Si l’on apprécie de commencer sa journée avec un smoothie matinal, on peut envisager d’ajouter une cuillère à café de poudre d’açaï, d’églantier ou de baobab, qui sont également d’excellentes sources de vitamine C.

Plusieurs facteurs sont responsables d’un besoin de supplémentation en vitamine C. Le stress, le vieillissement, la maladie, le fait de fumer, la baisse de la valeur nutritionnelle des fruits et légumes (cueillis avant maturité, stockés en chambre froide, l’appauvrissement des sols, la cuisson)… Il est donc souvent conseillé de compléter son alimentation.

Altrient C liposomal, le parfait allié d’un rituel quotidien pour la peau

Une étude clinique en double aveugle contre placebo, menée pendant 16 semaines, montre qu’Altrient vitamine C liposomale améliore de manière significative l’élasticité de la peau et ralentit les signes précoces du vieillissement cutané.

  • + 61,4 % d’élasticité de la peau à raison de 3 sachets par jour
  • Diminution des rides et ridules de 13, 5 % à raison de 3 sachets par jour
  • + 34,99 % d’élasticité de la peau à raison d’1 sachet par jour
  • Diminution des rides et ridules de 7,52 % à raison d’1 sachet par jour

Tel un « convoyeur de fonds », les liposomes Altrient chargés de leur cargaison de nutriments traversent le système digestif. Ces liposomes (bulles microscopiques) protègent leur contenu avec une membrane bi-couche presque identique à celle des cellules de notre corps. Cela permet aux nutriments encapsulés dans les liposomes de passer rapidement dans la circulation sanguine, puis de surmonter les barrières cellulaires pour fournir les nutriments dans les cellules – là où ils sont le plus nécessaires. Cette méthode d’acheminement a été utilisée avec succès dans l’industrie pharmaceutique, depuis les années 1950, comme moyen d’administration de médicaments ou d’autres agents thérapeutiques à des tissus spécifiques du corps. Altrient par LivOn Labs ont été les premiers à exploiter et breveter ce processus d’encapsulation de pointe appliqué aux compléments alimentaires. Les études cliniques révèlent que la vitamine C liposomale est 3 fois mieux absorbée qu’une forme traditionnelle d’acide ascorbique de vitamine C prise par voie orale. Altrient vitamine C liposomale atteint des taux de biodisponiblité intracellulaire de pratiquement 100 % (98%).

www.altrient.com

 

Click on the background to close