Substances addictives par Nez, la revue olfactive

Yvresse, Dior Addict, Opium, Obsession… les substances illicites et les discours de dépendance accompagnent depuis bien longtemps la création de parfums. Le but? Susciter le désir d’achat, créer un réel attachement, une accoutumance. Et pour y parvenir, les marques et les parfumeurs sont en perpétuelle quête de l’addiction olfactive suprême. Mais Peut-on vraiment devenir accro à une odeur ? Pourquoi l’éthanol fait-il si bon ménage avec la parfumerie ?  Tabac, alcool, drogues… Dans ce huitième numéro, Nez , la revue olfactive, révèle les liens que notre odorat entretient avec les substances addictives. Ce numéro inaugure également une nouvelle formule. Chaque parution sera accompagnée par une création olfactive en édition limitée, fruit de collaborations entre parfumeurs et personnalités d’univers diverses et variés, sous la direction de Jeanne Doré, la rédactrice en chef.

LA COLLABORATION
L’un vit à Paris, le nez dans les formules, l’autre, à Hongkong, entouré d’objets. Maurice Roucel a commencé sa carrière de chimiste chez Chanel en 1973. Après avoir travaillé pour plusieurs maisons de composition, il devient parfumeur chez Symrise. Créateur de grands succès comme 24 Faubourg ou Tocade, il est aussi à l’origine de parfums plus alternatifs comme le Musc ravageur de Frédéric Malle.
Chimiste de formation, Alan Chan se tourne rapidement vers l’art avant de travailler pour des agences de publicité et de créer son propre studio en 1980. Designer, concepteur, consultant et artiste, Alan Chan a travaillé pour des marques de prestige comme Louis Vuitton, Salvatore Ferragamo, Alessi ou Seiko. De leur collaboration autour du thé est née une création poétique, où la virtuosité d’un parfumeur célèbre se conjugue avec l’esthétique orientale d’un designer sensible.

LA CRÉATION
Hongkong Oolong, est le premier parfum de la collection 1+1 par Nez
« J’ai construit la composition d’Hongkong Oolong autour de notes musquées, qui se révèlent amplement comme la longueur en bouche d’un thé ancien. Des inflexions épicées, cannelle, girofle, cardamome, gingembre, reproduisent l’effet chaud d’une profonde gorgée de thé. En fond, le santal et la fève tonka complètent l’accord d’une douceur lactée. Puis, j’ai intégré les spécificités du Oolong et sa lumière florale : le jasmin, le chèvrefeuille et ses accents fruités et miellés, une touche de magnolia, que j’associe à la Chine. Enfin des inflexions de cuir, d’encens et de mousse transforment la fraîcheur verte et végétale de la feuille pour évoquer son caractère fermenté. » – Maurice Roucel

Le processus créatif à l’oeuvre dans la production d’Hongkong Oolong est expliqué en détail dans ce huitième numéro. Un cahier de seize pages qui revêt une valeur documentaire à travers des entretiens avec les deux collborateurs, mais aussi une portée pédagogique visant à exposer le travail même du parfumeur, son processus de création et le dialogue avec un directeur artistique atypique.
A découvrir en exclusivité sur www.shop.auparfum.com

Click on the background to close